L’Autorité de la concurrence veut un marché avec 4 opérateurs

  
Le président de l’Autorité de la concurrence, Bruno Lassere, fut interviewé par France Info. Il est revenu sur le projet d’absorption de Bouygues Télécom par Orange. Il en a également profité pour revenir sur l’amende de 350 millions d’Euros infligée au leader des opérateurs hexagonaux. Il en profite également pour louer Free.

Les effets de Free Mobile vantés par l’Autorité

Ces derniers temps, nous entendions parler du projet de Stéphane Richard et de Martin Bouygues de marier leurs opérateurs téléphoniques respectifs. En pratique, cela donnerait à Orange une situation d’ultra-dominance encore plus sévère qu’aujourd’hui. De plus, Martin Bouygues aurait le contrôle majoritaire au sein de cette nouvelle entité. C’est alors, encore une fois, qu’on n’a pas cessé de ramener l’idée d’un retour à 3 opérateurs, comme avant le 12 janvier 2012 (certes, la société a été créée en janvier 2007 – ndlr). Cela ne semble pas réjouir l’Autorité de la concurrence.
Il faut dire que, depuis l’arrivée de Free dans le secteur des mobiles, les prix n’ont jamais été aussi bas. De même, le déploiement des antennes 3G et 4G n’a jamais été aussi rapide. Pire, à l’époque de cet oligopole, l’Arcep était obligée de mettre en demeure les opérateurs à cause de divers retards dans leurs échéances de couvertures.
 À ce sujet, c’est ainsi que s’est exprimé Bruno Lasserre :
« Soyons clairs. Pour la concurrence, quatre opérateurs, c’est mieux que trois. Qui pourrait dire le contraire ? Et qui pourrait nier le rôle de Free qui a sérieusement animé un marché insuffisamment concurrentiel au départ ? (…) Mais faut-il avoir la religion de quatre et dire que la concurrence est uniquement une affaire de nombres ? Certainement pas (…) Il faut avoir un équilibre dynamique dans lequel rien n’est jamais acquis et certains opérateurs veulent bousculer l’ordre établi. »

Si on comprend à quel point il attribue à Free le rôle de régulateur concurrentiel dans le secteur des télécoms, il en a profité pour parler de cette lourde amende infligée à Orange :
« Cette amende est justifiée par la gravité des faits (…) L’innovation et la compétitivité de très grandes entreprises mais aussi des milliers de PME dépendent souvent de leur budget télécom. »

L’opérateur historique ne fut pas le seul concerné, des sociétés de transport de colis ont dû se partager quelques 672 millions d’Euros d’amende. Selon le président de l’Autorité, les entreprises commettent leurs méfaits en connaissance de cause. Il faut donc que les amendes soient dissuasives. Un message pourtant simple, clair et logique qui échappe à notre gouvernement.

Source : Border les Geeks

Publicités